Que faire face à une fenêtre mal isolée quand on est locataire ?


Lorsque vous louez un logement, il est important d’être attentif à l’état des fenêtres. Si elles ne sont pas correctement isolées, vous risquez de perdre beaucoup de chaleur en hiver, d’avoir trop chaud en été et de payer plus cher votre facture d’énergie.

Dans cet article, nous allons aborder quelques solutions que vous pouvez utiliser si vous avez une fenêtre mal isolée en tant que locataire !

Mettre des rideaux ou des stores

Une solution simple consiste à utiliser des rideaux, à bien distinguer des voilages qui sont très fins et permettent surtout d’avoir plus d’intimité chez soi.

Les rideaux (qui peuvent être conçus dans un matériau spécifique doté de propriétés thermiques) permettent de retenir la chaleur à l’intérieur pendant l’hiver… et de garder votre logement plus frais pendant l’été.

Pensez à adopter quelques bonnes pratiques : fermer les volets la nuit, en complément des rideaux, permet de mieux résister aux variations de température. En hiver, les volets et rideaux vont limiter l’infiltration de l’air froid dans vos pièces quand les températures descendent beaucoup la nuit. Pendant la saison chaude, cela peut éviter que les premiers rayons de soleil du matin ne réchauffent trop les pièces et aider à retenir la fraîcheur à l’intérieur.

Mettre des rideaux la nuit
Mettre des rideaux la nuit

Utiliser un film isolant pour fenêtre

Une façon de résoudre un problème de fenêtre mal isolée en tant que locataire est d’utiliser des films pour fenêtres. Vous pouvez les acheter dans la plupart des quincailleries ou magasins de bricolage mais aussi en ligne sur Internet et ils sont relativement peu coûteux.

Le film pour fenêtre aide à isoler vos fenêtres en venant recouvrir le vitrage. Si vous le choisissez bien, il n’entraîne pas de perte de luminosité trop importante et il va surtout servir à lutter contre la chaleur excessive, en filtrant les UV et les infrarouges. L’idée est de limiter l’accumulation de la chaleur dans les pièces, souvent liée à des vitrages trop fins.

Ca peut faire une grande différence dans la température de votre maison et être une bonne solution pour rafraîchir une pièce trop chaude.

Vérifiez bien que le film pour fenêtre choisi est un film isolant thermique. En effet, il existe aussi des films occultants pour cacher un vis-à-vis par exemple, mais qui n’ont pas spécialement de propriétés pour lutter contre la chaleur ou le froid.

Calfeutrer une fenêtre mal isolée avec du joint isolant

Une troisième solution consiste à acheter un joint d’isolation des fenêtres. Ca se présente souvent sous forme de ruban, disponible dans différentes couleurs (blanc, anthracite, marron) pour s’accorder avec les teintes de fenêtres les plus courantes, différentes largeurs et différentes épaisseurs (selon l’ampleur des infiltrations d’air).

Le joint isolant pour fenêtres est autocollant, il est donc très facile à fixer puisque vous avez juste à retirer le film de protection et à positionner le ruban le long de votre fenêtre. Il va alors « gonfler » pour s’adapter à la zone concernée par les infiltrations d’air. Quand vous avez un problème de fenêtre mal isolée en tant que locataire, ça permet aussi d’avoir une solution qui peut se retirer en cas de besoin (même si, bien posé, le rendu est très propre), il suffira de nettoyer les traces de colle.

Vous pouvez voir différents modèles de joint isolant ici.

Ca permet de récupérer un peu d’isolation, notamment quand vos fenêtres sont vraiment en très mauvais état. Voilà par exemple à quoi ressemblait le bas des vieilles fenêtres de l’appartement que j’ai acheté avant que je ne décide de changer les fenêtres entièrement, le joint en mousse (anthracite) permet de combler une grosse brèche :

Joint isolant pour fenêtre
Joint isolant pour fenêtre

Les solutions citées précédemment restent des solutions « de petit bricolage », qui peuvent atténuer les écarts de température ou légèrement améliorer la situation en cas d’infiltrations d’eau ou d’air… mais ça reste un palliatif. Parlons maintenant de solutions plus chères mais aussi plus efficaces.

Opter pour du survitrage

C’est un système qui consiste à ajouter une deuxième fenêtre à la fenêtre existante, tout en respectant une lame d’air minimale entre les deux. Cette solution est très efficace mais aussi coûteuse et pas toujours possible dans les logements locatifs.

Ca reste moins cher qu’un changement de fenêtres mais tout de même assez onéreux, souvent entre 90 et 200€/m².

Un survitrage peut réduire de 40 à 50% la déperdition de chaleur par rapport à un simple vitrage mais il ne s’applique pas à toutes les fenêtres : il faut que la surface à couvrir ne soit pas trop grande et que la fenêtre soit tout de même dans un état suffisant pour être « survitrée ».

Remplacer les vitrages sans toucher au cadre des fenêtres

Cette solution est intéressante lorsque le cadre de la fenêtre est en bon état mais que le vitrage (verre) doit être remplacé.

Passer d’un simple vitrage à un double vitrage, par exemple, offre un gain de confort aussi bien thermique que phonique !

Côté prix, comptez 150 à 250 euros le m2.

Changer les fenêtres en totalité

C’est évidemment la meilleure solution face à une fenêtre mal isolée… mais pour un locataire, souvent la plus compliquée à envisager. Si vous envisagez de changer toutes les fenêtres de votre logement, vous devez d’abord obtenir l’autorisation de votre propriétaire.

S’il est d’accord, vous devrez payer pour les travaux à effectuer ainsi que pour les petites rénovations (peinture, etc) qui pourraient être nécessaire par la suite. En fonction de la taille et du nombre de fenêtres, cela peut coûter plusieurs milliers d’euros.

Si la pose d’un survitrage, le remplacement des vitrages ou un changement de fenêtres complet est nécessaire, vous l’aurez compris, il va falloir négocier avec votre propriétaire. En effet, dans le meilleur des cas, il peut accepter de prendre à sa charge le devis, en totalité ou en partie.

Si vous occupez un logement depuis des années et n’anticipez pas de le quitter à court terme, c’est une solution qui mérite réflexion tant le confort thermique et sonore est important au quotidien.

Néanmoins, il faut avoir conscience que vous ne récupérerez pas l’argent investi si c’est vous qui financez les travaux. Ca peut donc nécessiter de faire des choix (ex : financer un changement de vitrage dans la chambre de votre enfant parce qu’il y fait très froid/chaud mais garder vos vitres actuelles dans les autres pièces).

Changer les fenêtres, parfois la seule option
Changer les fenêtres, parfois la seule option

Négocier avec le propriétaire de votre logement

Si vous avez un problème de fenêtres mal isolées et êtes locataire, sachez que vous pouvez négocier avec votre propriétaire pour qu’il finance des travaux de rénovation des menuiseries.

La loi impose en effet de louer un logement décent.

Un logement décent, c’est quoi ?

  • Une surface minimale habitable
  • Des conditions de sécurité optimales (garde-corps sur les fenêtres et les balcons par exemple, électricité et gaz aux normes et fonctionnels)
  • Une luminosité correcte
  • Des équipements de chauffage et de production d’eau chaude aux normes et fonctionnels
  • Pas de bestioles indésirables, que ce soit des animaux ou des insectes (puces de lit, rats, cafards…)
  • Des murs étanches aux infiltrations d’air
  • Pas de risque pour la santé lié aux matériaux utilisés ou aux canalisations
  • Suffisamment d’ouvertures et de ventilation pour permettre le renouvellement de l’air.

La loi 2015-922 du 17 août 2015 a ajouté à cette notion de « logement décent » des critères spécifiques liés aux fenêtres qui vont vous intéresser :

  • Le logement doit être protégé contre les infiltrations d’eau, en particulier au niveau des menuiseries et du toit.
  • Les portes et les fenêtres doivent offrir une bonne étanchéité à l’air.

D’autre part, depuis la loi ALUR de 2014, votre propriétaire (ou l’agence qui le représente) doit vous remettre le diagnostic de performance énergétique du logement que vous louez, avec une étiquette qui donne une note de A à G (G étant la pire note, qui témoigne d’un logement qui est une véritable passoire énergétique).

A partir de 2025, il sera tout simplement interdit de louer un logement ayant une note de « G »… et à partir de 2028, il sera aussi interdit de louer les logements notés « F ».

Le cas où le logement n’est pas considéré comme décent

Si vous êtes dans ce cas, ça peut être un excellent argument pour convaincre votre propriétaire de réaliser des travaux de rénovation énergétique. Si l’eau s’infiltre chez vous dès qu’il pleut dehors, que vous avez des courants d’air à cause d’une fenêtre mal isolée, vous êtes en droit de solliciter votre propriétaire pour qu’il effectue des travaux à sa charge.

Je vous conseille de réaliser tous les échanges par écrit, afin d’avoir des traces… car dans ce cas, on parle d’une situation qui enfreint potentiellement la loi. Vous pouvez commencer par des mails puis envoyer un courrier en recommandé avec accusé de réception.

Si vous n’obtenez pas de réponse favorable, il existe une commission départementale de conciliation susceptible de trouver des solutions pour vous aider à résoudre le litige à l’amiable. C’est totalement gratuit donc vous ne prenez aucun risque à la saisir.

Si vraiment les démarches à l’amiable n’aboutissent pas, reste l’ultime recours de saisir le tribunal d’instance. Un juge peut alors ordonner la réalisation de travaux et réduire le montant du loyer le temps que le logement soit remis dans un état de décence satisfaisant.

Le cas où les fenêtres sont « juste » mal isolées

Si vos fenêtres sont abîmées mais pas au point de remettre en cause la décence du logement, vous pouvez toujours négocier avec le propriétaire mais dans ce cas, il n’y a pas d’argument juridique à faire valoir.

Vous pouvez simplement mettre en avant des arguments commerciaux : ça permet d’entretenir son bien immobilier, de tenir compte des évolutions de la législation afin qu’il reste en état d’être loué sans risque de « tomber » dans une étiquette énergétique bannie, il peut bénéficier de crédits d’impôts dans certains cas, etc.

Le propriétaire n’aura aucune obligation de donner suite à votre demande mais vous aurez parfois de bonnes surprises. Quand j’étais locataire, j’avais voulu aménager la cuisine de mon appartement qui était vraiment dépouillée… et à ma grande surprise, la propriétaire avait décidé de prendre les travaux à sa charge en estimant que ça donnait de la valeur à son logement.

En résumé, si vous êtes un locataire dont les fenêtres sont mal isolées, il y a certaines choses que vous pouvez faire pour améliorer la situation. En utilisant des films pour fenêtres, des rideaux ou des stores, un joint d’isolation des fenêtres voire des solutions plus coûteuses via une négociation avec votre propriétaire, vous pouvez rendre votre logement plus confortable et économiser de l’argent sur votre facture d’énergie.

Avez-vous d’autres conseils pour faire face à des fenêtres mal isolées en tant que locataire ? Partagez-les dans les commentaires ci-dessous !


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Lorsque vous effectuez des achats sur Amazon.fr depuis ce site, vous me permettez de bénéficier d'une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.